BRECHT FACTORY

BRECHT FACTORY

2 spectacles / 2 performances / 6 FiLms / 1 instaLLation

PRÉSENTATION
brecht_factory_affiche

BRECHT±CINÉMA

DU 6 AU 9 FÉVRIER JUIN 2003 – LES SUBSISTANCES – LYON

La Brecht Factory, Brecht ± Cinéma, organisée par la Compagnie Scènes aux SUBSISTANCES en partenariat avec le Goethe Institut se place dans le cadre d’’une collaboration avec les Journées Brecht de Berlin et dans la perspective de la mise en scène d’’Homme pour homme par Philippe Vincent au Théâtre de la Croix-Rousse en mars 2003. Cette manifestation, à l’’instar de la Müller Factory, représente le point d’’aboutissement d’’un travail de recherche et constitue un chantier de réflexion autour d’’un auteur majeur du théâtre contemporain. Elle permettra au public de découvrir des films inédits et de redécouvrir quelques classiques.
Né en 1898, peu de temps après le cinématographe, Brecht appartient à la première génération d’’écrivains cinéphiles. On trouve tout au long de son œœuvre des allusions, des emprunts et des références à des films admirés et on peut suivre au travers de ses journaux de travail ses tentatives nombreuses pour réaliser des films.
A la fin de la République de Weimar, il fut, avec Walter Benjamin et S.Krakauer, un des intellectuels allemands qui chercha à théoriser la position de l’’industrie cinématographique dans les contradictions sociales du temps. Ses essais pour pousser le théâtre dans la direction d’’une forme narrative fondée sur le montage d’’éléments hétérogènes, inspirée des romans d’’Alfred Döblin, ont fréquemment fait dire aux chercheurs qu’’il s’’agirait là d’’un mode d’’écriture ““cinématographique ».
Mais Brecht est aussi l’’un de ceux qui s’’est trouvé le plus souvent confronté à la question du passage possible d’’un medium à l’’autre, ses pièces ayant servi de matériaux à de nombreux films. Il a enfin inspiré de nombreux cinéastes au-delà du problème de l’’adaptation spécifique de ses pièces à l’’écran : nombre de films ont pu être qualifiés de ““brechtiens » sans qu’’on parvienne à définir avec exactitude ce que cet adjectif pourrait signifier.
Le film de Philippe Vincent réalisé à partir du fragment Fatzer et la redécouverte par Bernard Eisenschitz et Irène Bonnaud des scénarios du film de Brecht et Fritz Lang, Les Bourreaux meurent aussi, éclairent d’’un jour nouveau les rapports de Brecht et du cinéma. Ces deux films seront au centre de la Brecht Factory qui sera aussi l’’occasion de spectacles et lectures autour de l’’œœuvre de Brecht ( concerts, soirée musique et muets, lectures, performances, conférences et débats, théâtre).
Cette manifestation ne constitue pas un festival, mais demeure fidèle à l’’idée de ““Factory « , une usine, un laboratoire, un chantier traversant plusieurs disciplines artistiques qui préfère les rencontres et débats entre artistes à une programmation cloisonnée.
Comme pour la  » Müller Factory « , la compagnie Scènes poursuit pour cette nouvelle manifestation sa collaboration avec LES SUBSISTANCES dans le cadre de sa résidence.

PROGRAMME

FATZER

un film de Philippe Vincent, suivie d’un débat avec l’équipe et Wolfgang Engler, animé par Klaus Hersche – 2000/2003, 35 mm, noir et blanc, durée 1 h 40

BAAL

un film de Volker Schlöndorff avec W. Rainer Fassbinder dans le rôle titre – Allemagne 1970, 35 mm, durée 1 h 27

KUHLE WAMPE

un film de Bertolt Brecht, Hanns Eisler et Slatan Dudow – 1932, durée 1 h 20

LES BOURREAUX MEURENT AUSSI

un film de Fritz Lang – USA, 1943, durée 2 h 14 Intervention d’Irène Bonnaud : Brecht à Hollywood

UNE FEMME EST UNE FEMME

de Jean-Luc Godard 22 h 30
Anna Karina en concert (sous réserve)

LES MYSTÈRE D’UN SALON DE COIFFURE

un film de Bertolt Brecht et Erich Engel avec Karl Valentin,
accompagnement musical Philippe Madile, Patrice Moudonet et Jean-Michel Pirollet – 1923, durée 24 minutes, noir et blanc, muet 16 mm

CHANGE LE MONDE, IL EN A BESOIN

concert de Jörg Stickan (baryton), récital de Lieder et de chansons de Hanns Eisler – durée 1 h

HOMME POUR HOMME

mise en scène de Bertolt Brecht, document filmé avec Peter Lorre – 1931, durée 15 minutes, noir et blanc, muet

LA VIE DE GALILÉE

mise en scène de Bertolt Brecht avec Charles Laughton 1947, durée 30 minutes, noir et blanc, muet

HITLER UN FILM D’ALLEMAGNE

un film de Hans Jürgen Syberberg avec André Keller et Peter Kern – 1977, durée 7 h (en deux parties) Entre les deux parties, restauration sur place et lecture du texte de Heiner Müller sur le cinéma de Syberberg (La solitude du film, pour Syberberg, 1980)

Durant la Brecht Factory, Brecht ± cinéma se dérouleront des interventions du workshop des Compagnons dirigés par Philippe Vincent sur le thème  » Brecht et le cinéma et les pièces didactiques 1926/1933  » en relation avec Nikolaus Müller-Schöll

Coproduction : Compagnie SCènes, Les Subsistances et Le Goethe Institut
En relation avec les Journées Brecht de Berlin

DOCS

telecharger

brecht±film

BRECHT PLUS MINUS FILM

Brecht dialog 2003. Thomas Martin und Erdmunt Wizisla.
Avec le DVD du film Mauser de Philippe Vincent. Literaturforum im Brecht-Haus Berlin.
Edition Theater der Zeit (2004) Germany. ISBN : 3934344259
Avec la participation de la Compagnie Scènes à l’occasion de la présentation du film Fatzer à Berlin.
theaterderzeit.de/buch/brecht_plus_minus_film